Nos axes de recherche

Le programme scientifique du RQR se compose de trois axes étroitement définis, dont chacun représente un défi majeur dans le domaine de la biologie de la reproduction. Ces axes sont fermement enracinés dans les domaines de l’agriculture, des sciences animales, de l’écologie, des sciences de l’environnement et des biotechnologies animales, qui se rapportent directement au mandat du FRQNT et ont toujours fait partie des forces du RQR.

Axe de recherche 1

Amélioration de l’efficacité reproductive des animaux d’élevage

Responsable : Christopher Price

L’industrie de l’élevage est une pierre angulaire de l’économie du Québec ; le secteur laitier lui-même représente plus de 80 000 emplois et contribue pour plus de 5 milliards de dollars au PIB. Un facteur majeur limitant de la rentabilité de cette industrie est l’inefficacité de la reproduction, un problème complexe impliquant des éléments épigénétiques, génétiques, nutritionnels, microbiologiques et des composants environnementaux. L’utilisation des techniques de procréation assistée est essentielle à la compétitivité de l’élevage, mais les méthodes actuelles de conservation des gamètes et des embryons restent insatisfaisantes.

Le réseau du RQR réunit des chercheurs avec des expertises uniques et complémentaires pour répondre au mieux à ces questions scientifiques importantes. Des outils génétiques, biologiques, cliniques et épidémiologiques sont utilisés pour déterminer les causes de l’infertilité chez les animaux d’élevage dans le but d’améliorer leur efficacité reproductive mais aussi d’améliorer les techniques de procréation assistée.

Axe de recherche 2

Impact de l’environnement sur la santé reproductive et le développement

Responsable : Daniel Cyr

L’impact délétère de l’activité anthropique sur l’environnement est de mieux en mieux documenté. Le RQR compte de nombreux chercheurs à la pointe de la recherche en toxicologie environnementale de la reproduction. Nous visons à comprendre les effets des substances toxiques sur la reproduction lors de fenêtres critiques du développement, le transfert des substances toxiques de la mère au fœtus, et les effets des substances toxiques sur le développement et la fonction du système reproducteur et des cellules germinales chez l’adulte.

Élucider ces processus complexes nécessitera également des informations sur la façon dont les changements de l’intégrité de l’ADN et l’épigénétique conduisent à des effets multigénérationnels et / ou des effets transgénérationnels. La recherche de cet axe favorise également le domaine de la chimie « verte », qui cherche à développer des composés et des procédés de synthèse avec une plus grande durabilité environnementale (un enjeu prioritaire pour la population québécoise et ses législateurs).

Axe de recherche 3

Développement, optimisation et implantation des technologies d’édition du génome en biologie de la reproduction

Responsable : Yojiro Yamanaka

Les biologistes en reproduction ont utilisé l’édition du génome pendant plus de 20 ans, principalement pour connaître la fonction de gènes dans les tissus reproducteurs. Bien que ces approches aient permis de nombreuses percées, les technologies conventionnelles d’édition du génome posent des problèmes en termes de temps, de coût, de précision et d’efficacité, et sont largement limitées aux modèles rongeurs. Le développement de la technologie CRISPR-Cas9 a le potentiel pour surmonter ces limitations, et son application aux animaux d’élevage permet son utilisation dans des domaines tels que la production alimentaire, l’agriculture durable et le traitement des maladies.

Dans cet axe, nous visons à concevoir de nouvelles stratégies pour étudier la fonction des gènes, pour améliorer l’efficacité de la reproduction, et pour créer de nouveaux modèles animaux grâce à des modifications précises du génome, de la reprogrammation, et des cellules souches. Cet axe place le Québec à l’avant-garde de la biotechnologie animale, en accélérant les découvertes dans le domaine de la biologie de la reproduction et en innovant dans le domaine plus large de la production animale.