Adresse complète

Intérêts de recherche

  • Développement de la glande mammaire et cancer du sein
  • Toxicologie environnementale et carcinogenèse
  • Interactions cellulaires et junctions intercellulaires

Ma recherche vise à déterminer le rôle des interactions cellulaires au cours du développement de la glande mammaire et dans le cancer du sein. Plus particulièrement, nous voulons comprendre la régulation et la fonction des jonctions adhérentes et des jonctions serrées au cours du développement de la glande mammaire, et comment leur dérégulation, par des mutations ou des polluants environnementaux, influence la progression du cancer du sein.

Identifier le rôle des jonctions cellule-cellule au cours du développement de la glande mammaire.

Le sein est formé de deux compartiments : le stroma, composé principalement d’adipocytes, de fibroblastes et de matrices extracellulaires, et l’épithélium, formé par une couche interne de cellules luminales entourées de cellules basales, principalement composées de cellules myoépithéliales. Il a été démontré que les interactions à l’intérieur et entre les deux couches de cellules sont cruciales pour le bon développement et la fonction de la glande. De plus, des interactions entre l’épithélium et le stroma environnant sont également nécessaires. Par conséquent, ce projet se concentre sur le rôle et la régulation des protéines de jonction durant les différentes étapes du développement de la glande mammaire.

Définir le rôle des jonctions intercellulaires dans le cancer du sein.

Bien que le dérèglement des protéines de jonction ait été lié au cancer du sein pendant des années, les mécanismes impliqués sont mal connus. De plus, un nombre croissant de preuves démontre que le microenvironnement entourant les tumeurs joue un rôle important dans la progression du cancer. Ce projet vise ainsi à déterminer comment les protéines de jonction sont liées à la progression du cancer du sein et comment le microenvironnement environnant influence leur expression.

Déterminer si les polluants environnementaux influencent le développement de la glande mammaire et promouvoir le cancer du sein.

Dans de nombreux pays, le cancer du sein est la principale cause de décès liée au cancer chez les femmes. Alors que les causes sont pléomorphes et généralement inconnues, il est généralement admis que 70 à 90% de tous les cancers sont liés à des facteurs comportementaux, alimentaires et environnementaux. Bien que le terme environnement s’applique à de nombreux facteurs, notre recherche porte sur les produits chimiques présents dans l’air, l’eau, les aliments et les soins personnels et les produits ménagers. Plus précisément, nos préoccupations concernent l’exposition aux perturbateurs endocriniens tels que les phtalates. Les perturbateurs endocriniens sont définis comme des substances qui modulent les actions des hormones dans le corps, interférant ainsi avec le développement normal et la fonction des tissus. Puisque le développement et la fonction de la glande mammaire sont étroitement orchestrés par les hormones, de légers changements dans leurs niveaux ou leurs actions peuvent modifier la prolifération et la différenciation cellulaire, et ainsi favoriser le cancer du sein.

Membres du laboratoire

Alec McDermott, BSc
Étudiant à la maîtrise
alec.mcdermott@inrs.ca

Jysiane Cardot, MSc
Étudiante au doctorat
jysiane.cardot@inrs.ca

Bélinda Crobeddu, MSc
Étudiante au doctorat
belinda.crobeddu@iaf.inrs.ca

Melany Juarez, MSc
Étudiante au doctorat
melany.juarez@iaf.inrs.ca

Publications